« La dignité c’est l’harmonie entre le dire et le faire »

Depuis des années, des hommes et des femmes appellent au rassemblement de tous les peuples du Mali autour d’un projet commun, avec l’analyse qu’un pays comme le nôtre ne peut se permettre des confrontations violentes, que seule l’union était productive. Il ne s’agit pas de mettre de côté nos différences, mais de construire sur celles-ci un consensus pragmatique, qui n’est le partage du pouvoir, du gâteau pour reprendre une métaphore récente.

Il y a nécessité de rassembler le peuple autour de valeurs fondamentales, ce n’est pas une mince affaire, le rassemblement ne se décrète pas, on y travaille, et la personne ayant l’autorité de le faire est le Président de la République. D’ailleurs n’appellent-ils pas tous au rassemblement de tous les maliens une fois élus?

Depuis 1992, les exécutifs qui se sont succédés, ont pensé pouvoir changer le pays, avec des initiatives allant du haut vers le bas, et malgré des progrès accomplis, il n’y a pas eu de réformes structurelles pour débarrasser le pays des chaines qui entravent sa bonne marche. Pour cela il aurait été plus judicieux, d’adopter une démarche allant du bas vers le haut pour mieux  prendre en charge les aspirations légitimes du peuple. Par mépris, ou par crainte les politiciens se sont toujours gardés d’interroger les maliens sur leurs visions et aspirations, les élections, se résumant le plus souvent à une vaste opération d’achat/vente de conscience.

Le Mali est une vieille terre, composée de plusieurs aires culturelles, dans certaines zones le pouvoir coutumier reste très dominant, avec des populations qui n’ont jamais vraiment accepté la présence d’un pouvoir déconcentré, ou d’une tutelle dont il ne comprenait pas le rôle. Des chefferies traditionnelles sont encore actives du nord au sud, et revêtent une certaine importance pour ces populations.

Nous avons raté plusieurs occasions de faire cet exercice de reconstruction du pays, autour de plusieurs thèmes, parmi lesquels, l’émergence d’un nouveau modèle social, prenant en compte les exigences de la population en matière d’emploi, de santé, d’éducation, d’action citoyenne, d’intégration des jeunes, et faire de la lutte contre les inégalités une priorité nationale.

Le Mali est un pays multiculturel, multiethnique chacun a quelque chose à apporter, avec ses spécificités et sa vision du monde. Il ne s’agit pas de dire que demain nous serons tous identiques, que nous devrons tous penser pareil, mais de dire plutôt que notre diversité fera notre force et notre union face aux ennemis de la paix sociale, nous fera triompher de tous les obstacles.

Pour surmonter nos divergences et mettre en place ce nouveau consensus national, il est plus que nécessaire de favoriser la démocratie participative, autour de laquelle il sera possible de construire ce nouveau Mali.

Nous devons surmonter les épreuves, grâce à notre ingéniosité, en s’appuyant sur notre culture du dialogue et en évitant de sombrer dans la violence et l’amenuisement de la voix de l’autre. Le rassemblement ne se décrète pas! Ne dit-on pas que la grandeur de l’homme ne peut être exprimée que par la grandeur de l’esprit.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s