Mali: La vérité rougit l’œil, mais elle ne la transperce pas.

Après la parenthèse enchantée de l’élection du président Ibrahim Boubacar Keita, les événements du week end ont sonné comme une piqure de rappel, pour le nouveau gouvernement, avec un message ferme, rien n’est réglé.

Pourtant tout avait bien commencé, avec la poursuite du dialogue, entre Bamako et les groupes rebelles du Mnla, du Hcua et du Maa. Ces derniers ont été reçus à Bamako par le président, et semblaient confiants sur la suite des discussions.

Là où ca commence à se gâter c’est qu’à la surprise générale, les groupes décident de se retirer du processus de paix accusant Bamako de ne pas respecter ses engagements. Le lendemain, deux grenades étaient lancées sur des militaires maliens, postés devant la banque BMS à Kidal, fort heureusement ils ne seront que blessés. Par la suite, une voiture bourrée d’explosif, explosera devant un camp de l’armée à Tombouctou faisant deux victimes civiles, et tuant les 4 kamikazes qui étaient à bord.

Ce dimanche, il y a eu une forte, explosion devant le magasin alimentaire du PAM à Kidal, pour les uns il s’agit d’un attentat manqué, mais pour le gouverneur de Kidal, c’est un dépôt de munition qui aurait sauté.

Dans la même journée de dimanche des combattants du Mnla passant devant la Banque BMS, là ou la premier attentat à la grenade avait eu lieu ont refusé de se soumettre à un contrôle au check point établi par l’armée. S’en est suivi une fusillade, ou au moins un combattant du Mnla a perdu la vie. Les combattants rebelles supposément cantonnés circulent en centre ville avec armes et véhicules, et ont délibérément provoqué l’altercation avec l’armée.

Parallèlement il a été plusieurs fois signalé des rencontres entre les commandants de Iyad Ag Ghali chef d’AnsarDine (devenu HCUA) à Gharous Khayoun (30 km de Kidal), de plus selon le dernier jeune Afrique des combattants du Mnla ont rencontré le 3 septembre des responsables d’Aqmi. Il faut ajouter à cela que selon la presse nationale et régionale, il y aurait une brouille entre la Mauritanie, l’Algérie et le Mali, suite aux honneurs un peu trop prononcés du Président IBK au roi du Maroc, qui tente vaille que vaille de s’imposer dans le dossier malien comme nouvel homme fort.

Enfin quand on revient en janvier 2013, à l’intervention française, les interlocuteurs internationaux, ont naïvement, fermé les yeux, en laissant le Mnla, se réinstaller à Kidal, et récupérer des combattants du Mujao et d’Aqmi. Pire encore le départ d’Iyad Ag Ghali semble avoir fait perdre sa teneur jihadistes au groupe AnsarDine, qui est devenu le mouvement islamique de l’azawad, puis le Hcua. Ce dernier mouvement dirigé par Intalla, Ag Bibi et Ag Aharib était à la pointe pour l’application de la charia, au nord du Mali, pire encore, ils étaient en première ligne lors de l’attaque de Konna aux cotés du Mujao, et d’Aqmi. Le Mnla lui n’est pas en reste n’eut été la brouille avec les jihadistes, en juin 2012, ayant mis fin à toute présence du mouvement au nord, ils avaient combattu cote à cote à Aguelhok, Ménaka, Kidal, Tombouctou….

Force est de constater qu’animer par le souci de retrouver les otages, la France a décidé de faire respecter un certains statu quo entre les maliens, de replacer les groupes maliens au cœur du processus de paix. Or il s’avère que ces derniers semblent désormais avoir un agenda différent de celui initialement prévu.

Aujourd’hui le dialogue n’est plus de mise, ce qui est privilégié c’est la déstabilisation du Mali par des actions violentes, dans un but clair mettre à mal le processus de paix entamé. On peut y voir aussi la main d’Etat de la région ou de certains appareils d’Etat qui ne voient pas d’un bon œil la tournure que prennent les choses au Mali.  Les Etats du golfe avec leur activisme au nord du Mali, et leur aide au Mujao ont depuis longtemps montré vers qui allait leur soutien.

Toute chose étant, la coordination et le calendrier des attaques, laisse entrevoir quelque chose de planifier, de longue date, il ne pourrait s’agir d’une simple coïncidence. L’objectif reste de déstabiliser le Mali et de faire plier le gouvernement qui a déjà affiché sa fermeté.  L’objectif pour certains Etat pourrait être de se rendre indispensable au règlement du dossier malien, mais aussi avoir une influence dans la géopolitique du Sahara.

Ces événements sont aussi un avertissement à la France, son président clamait à Bamako il y a peu que la guerre avait été gagnée, or aujourd’hui nous faisons face aux mauvaises décisions prises en janvier 2013, qui étaient de laisser dans le jeu les jihadistes d’AnsarDine sous prétexte qu’ils avaient renoncé au jihad, et pourtant le message était assez clair.

Ces attentats sont un avertissement, pour le gouvernement, seule la fermeté permettra de résoudre cette situation, car il ne fait aucun doute que certains n’ont pas intérêt à ce qu’il y ait un accord dans l’immédiat, et tenteront de réactiver toutes les forces obscures qui ont déjà opéré au nord du Mali.

Autre ambiguité de la gestion du Nord du mali, des combattants du régiment des forces spéciales N°32 « Al Louaï » de Khamis Kadhafi dont Ag Najim etait membre sont passés des bouchers de Misrata à sympathiques indépendantistes du nord du Mali

Certains des hommes d’Ag Najim sont recherchés en Libye pour des crimes de guerre mais on essaye de les faire passer pour des victimes de l’Etat « racistes » malien. Pour cela on peut remercier la propagande journalistique de certains médias.

Assassin en Libye, libérateur au Nord du Mali, telle est la monumentale arnaque que l’on tente de bâtir au nord du Mali. Après avoir combattu au Liban, et au Tchad Ag Najim participe à la rébellion de 1992, mais retourne en Libye, considérant l’accord de paix, comme étant une trahison, pourquoi voudrait-il faire la paix aujourd’hui lui qui le veut obtenir gain de cause que par les armes.  Le Mnla est bien dirigé par les anciens bouchers de Kadhafi et non par les pleutres médiatiques que sont Ag Attaher, Ag Assarid et autre Bilel Ag Cherif.

Comment expliquer que Cheikh Haoussa  qui apparait ici sur une vidéo d’AnsarDine faisant l’apologie du Jihad, parade à Kidal, côtoie les forces Serval sans que cela n’éveille aucun soupçon?

Voir dans la vidéo ci dessous ce grand défenseur de la cause touareg soudainement réhabilité:

 

Le mensonge ne résiste pas au temps qui passe, des évidences niées aujourd’hui viendront les difficultés de demain. Ni Haoussa, ni Ag Najim à mon sens ne veulent une quelconque paix au Mali, ils ont la main sur l’appareil militaire du Mnla et d’AnsarDine, les gesticulations de Ag Cherif, Ag Attaher ni feront rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s