Election malienne 1: Réflexe pavlovien

ImageLe président de la République et le premier ministre malien ont annoncé il y a un peu plus d’un mois la volonté du pays d’aller aux élections dès le mois de juillet 2013.

Le président français Francois Hollande dont le pays, la France intervient au mali est allé jusqu’à prétendre être « intraitable » dans la tenue des élections au Mali.

Formule très maladroite de la part du président français, qui donne l’impression que les élections sont imposées au pays, en réalité une formule destinée à son opinion nationale et voulant démontrer que le pays est la pour aider au rétablissement d’un pouvoir démocratique.

faut-il le rappeler le président de la république du mali est à la tête d’un pouvoir intérimaire  chancelant et qui etait au bord de l’explosion lorsque en janvier des manifestions d’une ampleur inédite étaient organisées à Bamako.

La date des élections est la résultante de la feuille de route adoptée à l’assemblée nationale malienne.

Malgré ces quelques éléments demeure ce que je pense être un réflexe Pavlovien africain, qui amène une partie de mes compatriotes à voir la main du « blanc » derrière cette volonté d’aller aux élections, avec des arguments plus ou moins cohérents.

Alors l’argument le plus cohérent  le seul d’ailleurs est de dire qu’il est trop tôt et que le pays n’est pas totalement prêt.

En effet l’administration n’est pas déployée dans l’ensemble du territoire et notamment à Kidal, difficile dans cette situation d’organiser des élections.

De plus la situation de nos concitoyens déplacés est plus que tragique et leur capacité à pouvoir voter pose des questions.

Une réponse a été apportée par le ministère de l’administration territoriale qui prévoit de distribuer selon le chronogramme publié ici même la fameuse carte d’électeur dans les camps se trouvant à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

Le ministre prévoit également le redéploiement de l’administration d’ici juin au nord y compris dans la région de Kidal, et la visite annoncée du premier ministre dans cette region afin d’entamer des négociations avec les rebelles du Mnla va aussi dans ce sens.

Il faut rappeler que nous sommes en avril et qu’il reste encore 3 mois et les préparatifs pour l’élection ont débutées en février…

A part cet argument aucun autre ne vient étayer la prévision que font certains d’un échec annoncé des élections en juillet mis à part ce que j’appelle le « réflexe Pavlovien de présomption de francafrique » formule pompeuse je le concède.

Pavlov a développé la théorie selon laquelle les réactions acquises par apprentissage et habitude deviennent des réflexes lorsque le cerveau fait les liens entre le stimulus et l’action qui suit.

En d’autres termes le stimulus ici est la France et l’action est l’organisation des élections qui vous l’aurez compris est jugée comme étant prématurée. La réaction acquise, le reflexe, hurler à la Francafrique.

En gros la France pousse le Mali à aller aux élections en juillet malgré la volonté ( supposée) des maliens de prendre leur temps pour y aller, ou quand les africains n’accordent aucun crédit à la décision de leurs dirigeants…Pire il parait que le candidats est déjà désigné par le maître….à quoi bon voter alors….

A chacun de se faire son opinion mais évitons les procès d’intention et les conclusions alambiquées issues de  supputations, et souhaitons la réussite des élections au Mali.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Election malienne 1: Réflexe pavlovien »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s