askiamohamed

Accueil » mali » Coup d’Etat An 1

Coup d’Etat An 1

ImageLe 21 mars 2012 débutait la mutinerie du camp militaire Soundjata Keita de Kati, cette mutinerie débouchera comme chacun le sait sur la chute du président Amadou Toumani Touré.

Les mutins avec à leur tête le capitaine Haya Sanogo, illustre inconnu, vont s’emparer tour à tour de tous les points stratégiques de la capitale, en une journée puis annoncer le soir même  la chute du pouvoir en place.

Les mutins, devenus putschistes, vont alors nous offrir, sur les antennes, de la télévision nationale, un réquisitoire contre le pouvoir du président déchu.

Le coup selon eux aurait été motivé par la corruption au sommet de l’Etat, la gabegie, le manque de développement du pays, et le manque d’équipements de l’armée, qui subissait défaite sur défaite au nord du Mali.

Le réquisitoire des putschistes contre le Président ATT n’est pas surprenant, tant tout le monde était au courant de tous ces maux gangrenant le pays et ce depuis une dizaine d’années.

Mais voila qu’a la fin de leur intervention, les mutins poitrines bombées nous annoncent qu’ils vont reprendre le nord du pays sous peu….

Le lendemain du coup toutes les administrations sont pillées, on voit des militaires charger des écrans plats, et des réfrigérateurs etc… à l’arrière de leurs pick-up.. …drôle d’attitude pour des gens prétendant vouloir reconquérir les villes perdus sous peu…

ATT lui est introuvable, caché on ne sait ou, « un secret de militaire » comme il aime à le dire…

La suite on la connait, la prise de toutes les villes du nord par les jihadistes( Alqaida au maghreb islamique, Ansardine, mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest) et leurs affidés du Mnla ( mouvement national de libération de l’azawad) le 6 avril 2012.

Ce qui donnera lieu à un appel pathétique du capitaine Sanogo à Kati pour une « aide internationale afin d’aider le Mali », eux qui une semaine plutôt prétendait se préparer pour le nord…

Sous la pression de la Cedeao ils s’en iront, mais dans les faits seront toujours là à travers des organisations comme le Copam ou Mp22 dirigés par d’obscurs personnages, Amion Guindo et Mariko ( Ils se voyaient d’ailleurs premier ministrables…)

Cette meme organisation qui ira agresser le président par intérim tout fraichement désigné, D.Traoré le laissant pour mort dans son bureau.

Et bien d’autres péripéties… Agressions de journalistes, de politiques au sud, exactions, viols amputations au nord….

Sans l’intervention express de la France, le Mali n’existerait plus…du moins tel que les maliens le conçoivent! 

Les conséquences humanitaires

Dès le début des affrontements, en janvier 2012, il y avait eu des mouvements de population, une partie des populations avaient fui le mali pour trouver refuge en Algérie  Mauritanie, Burkina et Niger.

Avec l’intensification et la chute du nord, qui est imputable au coup d’Etat, n’en deplaise aux partisans de la junte( ils sont de moins en moins nombreux) plus de 400000 de nos compatriotes sont déplacés ou réfugiés aujourd’hui.

Une ville comme Gao plus grande ville du mali a perdu selon les estimations en 60 et 70% de ses habitants, idem pour Tombouctou et Kidal.

Il y a aujourd’hui une crise humanitaire sans précédent au nord du Mali, les populations manquent de toutes les denrées de premières nécessités, le carburant vient à manquer et avec la guerre les moyens d’approvisionnement sont entravés.

Les populations dans les camps vivent également, malgré l’aide de nos voisins dans des conditions extrêmement difficiles.

Le PAM estime devoir prendre en charge plus d’un million de maliens en 2013, du fait de la crise en cours dans le pays.

Les conséquences économiques

Le coup d’Etat a plongé le Mali dans une situation économique catastrophique, tous les projets sont aux arrêts, et l’aide internationale a été supprimée.

Contrairement aux fables que nous racontait l’ancien premier ministre Cheik Modibo Diarra, le Mali n’a jamais pu se passer de l’aide internationale.

Le Mali tablait sur une croissance de plus de 5%, elle sera finalement  en récession de 2%, avec une perte nette pour l’Etat malien de 600 millions d’euros.

Les plus gros clients du mali, les occidentaux ont déserté le pays, tous les secteurs en souffrent l’artisanat, l’hôtellerie les taxis…

Cette fuite des hommes et des capitaux avec l’arrêt de l’aide internationale finira d’achever l’économie malienne plongeant le peuple dans des souffrances supplémentaires..

Les entreprises maliennes auraient enregistré une chute de leurs chiffres d’affaire de plus de 50%.

Afin de compenser la fuite des capitaux, l’Etat supprimera un certains nombres de subventions sur des denrées, et augmentera les prélèvements sur les impôts plombant ainsi tous les secteurs de l’économie malienne…

Les conséquences politiques

Aujourd’hui on ne voit pas au Mali une classe politique responsable capable d’inverser la tendance et d’inverser définitivement le rapport de force que tente d’installer le capitaine Sanogo.

En effet dès le début du coup la voix des poids lourds de la politiques n’est pas très écoutée par la population, qui l’accuse d’avoir cautionner le « système » ATT.

il est vrai que la crise n’a pas renforcé l’amour pour les politiques au Mali tant ceux ci se sont montrés incapables pour une part de s’opposer, puis opportunistes d’autre part en voulant s’associer aux mutins.

Aujourd’hui les hommes politiques maliens ont à mon sens également besoin de leur commission de réconciliation et de dialogue, afin qu’ils comprennent que la grandeur du Mali vaut bien plus que leurs petits règlements de comptes privés et leur course effréné pour le pouvoir.

Ce coup d’Etat n’a en rien profité au Mali et aux Maliens, il a plongé le pays dans une période d’incertitudes conséquentes.

Aujourd’hui la balle est dans le camp du peuple malien, car la bataille qui s’annonce pour la reconstruction du mali ne se gagne pas avec les armes ou des slogans politiques, elle se gagne par une prise de conscience des enjeux et la volonté de chaque citoyen d’être acteur de la destinée du pays….

Si chacun d’entre nous s’engage à son petit niveau, dans sa rue, sa commune à vouloir changer les choses afin de ne plus jamais revivre ces heures sombres alors le Mali grandira..dans le cas contraire ce sera bis repetita….

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :