Coup d’etat acte 3: Le bourbier Malien ou l’art de se prendre les pieds dans le tapis

Image

Il y a une chose qui est indéniable aujourd’hui, une chose sur laquelle tous les acteurs présents au niveau national comme international seront d’accord, le Mali s’enfonce de plus en plus et de jours en jours.

Il est important de rappeler qui sont les acteurs de la crise malienne, tout d’abord au premier rang il y a le peuple malien qui observe, apathiques pour certains, furieux ou inquiets pour d’autres.

Il y a le comité national, un organe crée à la suite du coup d’État et qui est dirigé par le Capitaine Sanogo, qui entend jouer un rôle prépondérant dans la transition malienne.

Un gouvernement de transition qui tente tant bien que mal de faire son travail, avec un président qui fait l’objet de toutes les convoitises.

Il y a la Cedeao qui dans un premier temps a su ramener l’État constitutionnel au Mali, mais qui depuis lors bute sur la question de la transition. Les médiateurs A.Bictogo et D.Bassolé étaient à Bamako cette semaine et sont retournés auprès de leurs chancelleries respectives sans accords probant!

Plus au Nord dans le mali perdu suite au coup d’État le Mouvement national de l’azawad qui avait su dans un premier temps être au première loge se retrouve reléguer dans le désert, ayant été chassé des villes par les salafistes d’Anser dine et d’ AQMI. Les premiers prônant l’indépendance de l’Azawad  les autres l’application de la charia au mali.

Aujourd’hui au marché de gao ville du Nord mali on assiste à des scènes ou les salafistes « corrigent » en plein marché les gens qui n’appliquent pas pleinement leurs lois.

Enfin la communauté internationale est également impliquée dans la dramaturgie malienne car il en va aussi de la sécurité mondiale, si le mali devient le nouvel Afghanistan tous les pays de la zone risquent d’être déstabilisés et les occidentaux deviendront une cible privilégiée.

Les USA ont été clairs ils veulent le retour des militaires dans les casernes ainsi que le retour effectif à l’ordre constitutionnel. La France quant à elle a une attitude ambiguë comme à l’accoutumé, et on attend du nouveau président qu’il prenne une position plus tranchée sur le probleme actuel.

Aujourd’hui nous avons un blocage au Mali et il  provient des petites guerres claniques de conservation du pouvoir.

En effet depuis le retour de l’ordre constitutionnel les militaires continuaient à garder le pouvoir effectif, se donnant le droit de faire des arrestations arbitraires. Le schémas est toujours le même, ils annoncent avoir des preuves puis finalement relâchent les personnes arrêtées. Il s’agit souvent d’ancien du régime de ATT, mais jusqu’à présent aucune preuve concrète n’a été fourni, cela me fait penser qu’il s’agirait plus de petites vengeances en sous main que de réelles accusations. Une des arrestations, avortées celle d’un béret rouge A Guindo a fait basculer le pays dans l’horreur divisant ainsi son armée et entrainant 1 semaine de chasse aux « rouges », mais aussi à des soi-disant mercenaires.

Enfin ces derniers jours nous avons eu droit à une certaine propagande anti-Cedeao qu’il est important d’expliquer et de clarifier.

L’organe ouest-africain avait souhaité l’envoi de troupes ouest-africaines au mali pour assurer la transition, et là, levée de bouclier, renaissance du patriotisme, on a entendu tout et n’importe quoi.

Pour ceux qui disent que la cedeao allait violer l’intégrité du territoire malien, je leur rappelle que le mali fait parti de la Cedeao et donc par conséquent il n’y aurait  pas eu violation du territoire. Afin d’eviter tout débat inutile je vous renvoie aux traités et textes fondateurs de le Cedeao (http://www.ecowas.int/?lang=fr).

Certaines personnes arguaient même que le linge sale se lavait en famille et que le Mali n’avait pas besoin des autres.

Le patriotisme c’est beau quand ça ne vire pas au populisme et à la démagogie, je rappelle que le retour à l’ordre constitutionnel s’est fait sous l’égide de le Cedeao, que l’armée malienne a connu une réelle débandade et si elle est sous armée comme on le dit, la logistique viendra bien de l’extérieur.

Aujourd’hui le Mali s’enlise petit à petit et cela conduit à une scission de fait du pays dans un premier temps, et meme si nous arrivons à recuperer le Nord les choses ne seront plus jamais comme avant.

je rappelle que de nombreux élus originaires du Nord étaient favorables à une intervention de la Cedeao et continuent à appeler cette dernière à la rescousse, car il y a, lorsque l’on regarde ce qui se passe à Bamako un certains désespoir qui s’installe. Et tout cela est favorable à l’installation des groupes salafistes et indépendantistes qui se nourrissent du désespoir des populations.

« L’Homme n’a ni queue, ni crinière par lesquelles il puisse être attrapé. C’est par sa parole qu’on l’attrape…  » proverbe Songhoï

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s