Qui dirige le Mali?

Nous assistons depuis la signature des accords cadres du 6 avril 2012, faisant de Dioncounda Traoré le président par intérim du Mali à un jeu de dupes.

En effet la junte sous la pression économique et politique de la cedeao signait des accords qui devaient permettre un retour au pouvoir des civils sous la présidence de monsieur Traoré, alors président de l’assemblée nationale.

Le lendemain de « l’intronisation » du président par intérim déjà les choses commençaient à devenir étranges, car Sanogo déclarait sur la chaine de télévision nationale qu’au bout des 40 jours d’intérim, le CNRDRE et la Cedeao reprendraient les discussions.

En d’autres termes on remet la constitution pour faire constater l’impossibilité de l’appliquer, et donc le CNRDRE reprendrait le pouvoir, il ignore, que  le CNRDRE n’a aucune existence légale, aucun d’entre eux n’est élu, et surtout il y a une guerre au nord.

L’idée du premier ministre s’inscrit dans la recherche d’une stabilité car sa nomination devrait lui permettre  d’avoir les mains libres et de mener le pays vers le recouvrement de son intégrité et vers des élections.

Depuis la réunion de Ouagadougou on assiste à une querelle autour justement du président par intérim, en effet la junte se croyant plus futée que les autres veut reprendre le pouvoir en faisant constater l’incapacité du pouvoir à organiser les elections, or l’ordre constitutionnel étant revenu, en période de crise le président peut tout naturellement decreté un etat d’urgence et poursuivre son mandat avec « un comité » jusqu’a ce que la situation revienne à la normale.

Un autre cas de figure consisterait au terme d’un accord à prolonger le delais de l’interim, de 6,12,14  mois afin que l’on puisse regler tous les problemes dans un cadre politique fixe.

Le CNRDRE pense tout le contraire et veut recuperer le pouvoir au bout de 40 jours pour installer un comité (encore un) avec ces acolytes Mariko et consorts en soutien bien evidemment!

On peut donc affirmer clairement que la volonté de la junte est de conserver le pouvoir et de mener la transition comme bon lui semble au mépris de toutes les règles juridiques du pays, pire encore elle ne cesse de procéder à des arrestations sans motifs et surtout à conduire les gens mis aux arrêts à Kati. Il serait bon de se rappeler que Kati n’est pas le centre de détention du Mali.

On assiste donc à un blocage entre les militaires qui souhaitent mener clairement la transition en etant membre du comité et les politiques qui estiment que le role des militaires est au front et non au gouvernement et encore moins à la presidence.

pour ceux qui voient en Sanogo un sauveur ou un génie politique, je leur dit qu’ils se trompent il n’est ni l’un ni l’autre, la politique c’est un metier, mener le pays c’est un metier on ne s’improvise pas dirigeant et surtout il n’a aucun leadership,  aucune légitimité internationale pour sortir le Mali du bourbier dans lequel il a contribué à l’enfoncer, or nous aurons besoin des Algériens, Mauritaniens et Nigériens pour résoudre la crise.

Les militaires sont helas guidés par leur ego, et veulent à tout prix prendre leur revanche apres les humiliations subies, argument qui peut etre recevable, mais on parle de vies humaines, de femmes battues violées et de population sous le coup de la famine.

Il est temps d’arreter les jeux pour le pouvoir et de voir l’interet de la nation, car ce qui pourrait arriver au final, est plus grave que que l’on ne peut l’imaginer, des populations au nord se sentant abandonner par Bamko pourraient adherer aux theses du MNLA ou des salafistes.

Pour ma part je propose que le president d’interim ait un delais pour regler la crise du nord et les elections en concert bien sur avec le « super » premier ministre, avec un gouvernement d’union nationale, reste maintenant à se mettre d’accord pour se cet homme providentiel qui à mes yeux n’existe pas vraiment.

J’estime que le CNRDRE, au lieu de caresser le rêve d’un CTSP nouvelle formule, devrait, par patriotisme, penser seulement à prendre en main les affaires militaires qu’il gérerait avec le chef suprême des armées, le président intérimaire.

Ali nouhoun Diallo

Apres ce coup d’etat chacun des militaires veut devenir le nouveau ATT, (et il serait naif de penser le contraire) et veut jouer un role historique dans le destin du Mali.

Je pense que que le CNRDRE avec ses acolytes n’ont absolument pas l’intention de rendre le pouvoir à l’heure actuelle, de plus lors de son intervention télévisée le capitaine Sanogo a bien fait comprendre qu’ils etaient la pour rester. ils devraient plutôt se donner comme objectif la reconstruction de l’armée plus que la conquête politique, et surtout ils doivent cesser d’écouter ces hommes politiques qui lui soufflent des ignominies à l’oreille!

 

Il est à noter que pendant ce temps les salafistes et leurs alliés indépendantistes s’installent tranquillement au nord, ils font des meetings, rétablissent l’eau et commencent à mettre en place une administration. Ils ont même décider de fermer les frontières de l’azawad avec le Mali, un comble!

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s